SyTEST.Net - Tests, Images, Screenshots et Videos de Roms N64

SyTEST.Net



Tests de Roms



Roms N64



Partenaires



Site Audité Par




Batman Beyond - Return of the Joker

Test de la Rom | Images du Jeu (8) | Screenshots (4) | Vidéos (1)

Box art du jeu Batman Beyond - Return of the Joker > Editeur : Ubi Soft
> Développeur : Kemco
> Genre : Action
> Joueurs : 1
> Rumble pack : activé
> Testé avec : Project64 V1.5
> Versions émulées :eur,usa
> Langue : fre,eng,ger
 

Les Notes de Batman Beyond - Return of the Joker
Jouabilité :
Intérêt :
Graphisme :
Son :
 
Note Générale :


Le Test de Batman Beyond - Return of the Joker

Il est loin le temps où le sérieux homme d'affaire, justicier à ses heures perdues, que l'on connaît mieux sous le nom de Bruce ou de Batman, connaissait ses heures de gloire. Un succès amplement mérité à l'époque, avec une série de comics prestigieuse, et une adaptation en dessin animé qui avait su reprendre la qualité scénaristique et le design si particulier de la BD d'origine. Très vite pourtant, le pauvre Bruce a commencé à perdre tout son prestige. Les multiples adaptations cinématographiques ont allègrement saboté tout l'univers de Batman, ridiculisant un à un les personnages. Comment a-t-on pu avoir l'idée d'utiliser Arnold Schwarzeneger et Jim Carrey pour jouer respectivement les rôles de Mr. Freeze, personnage fragile définitivement brisé par la mort accidentelle de sa femme, et Enigma, jeune homme frustré par l'incapacité de son entourage à reconnaître son intelligence supérieure, et réduit à l'état de simple malade mental dans le film.
Non décidément, le pauvre Batman a définitivement perdu tout son prestige, et ce n'est pas cette version Nintendo 64, inspirée de la nouvelle série de dessins animés qui va relever le niveau. Nous sommes au milieu du 21ème siècle et Bruce Wayne est à présent remplacé par le jeune Terry, qui va tenter tant bien que mal de faire disparaître une fois pour toutes la criminalité à Gotham City en enfilant le célèbre costume de chauve-souris, relooké pour l'occasion. Le nom du gang qui terrorise la ville, les Jokerz, laisse facilement deviner qui supervise les opérations. Mais avant de faire le jour sur cette situation brumeuse, notre jeune ami aura bien du pain sur la planche. Le jeu s'annonce d'entrée comme un classique beat'em all, avec déplacements latéraux sur différents plans, comme aux premières heures des Double Dragon.
Sauf que Batman of the Future ne reprend rien de ce qui avait fait le succès de jeux mythiques comme Final Fight par exemple, où l'aspect jouissif des parties faisait oublier la répétitivité de l'action. Ici, la progression est laborieuse, et l'on ressent rapidement les prémices de l'ennui dès le premier niveau. Les graphismes, sombres, dénués de détails, et presque toujours les mêmes, feraient honte à une Super Nintendo. Les animations sont minimalistes et ridicules, laissant la part belle aux bugs d'affichage. Le gameplay est réduit à néant à cause d'une IA sous-développée : vous pouvez rester des heures en position de garde sans que les ennemis n'aient l'idée de vous contourner, et il arrive souvent que l'un d'eux attende gentiment que vous en ayez terminé avec son copain sans chercher à intervenir.
L'idée de pouvoir enfiler différents costumes (offensif, défensif, agilité) est victime de son originalité. Si l'on avait pu disposer de toutes les capacités du héros sans avoir à s'emmêler les doigts dans des manips tordues, le gameplay aurait pu être un peu plus subtil, et le jeu jouable. Du coup, on se limite à enchaîner coups de pieds et de poings sans chercher à esquiver, en sortant de temps en temps quelques gadgets ridicules pour éviter de s'endormir sur place. Vos adversaires, gangsters, robots, et mutants sont tout ce qu'il y a de moins varié et leur IA sous-développée n'incite pas à une quelconque subtilité d'action.
La cerise sur le gâteau c'est que Batman of the Future ne comporte que quatre mondes, pompés les uns sur les autres. Mais heureusement que le jeu n'est pas plus long car il a le bon goût de ne proposer aucun système de sauvegarde, obligeant le joueur à terminer le jeu d'une seule traite, comme au bon vieux temps, grâce aux Continus infinis. Il me semble que le bilan est assez clair.



Copyright © 2003 - SyTEST.Net - Créateur : BFrançois & SyQuest - Webmaster : BFrancois